Photo Hôtel La Pérouse

Réduire son empreinte environnementale tout en limitant ses coûts

Bonne pratique proposée par La Pérouse

Le dirigeant, avec l'aide de son équipe et de l'ensemble de ses parties prenantes, a entrepris une véritable révolution environnementale au sein de son hôtel. Tout est passé au crible: de la serviette de bain au petit déjeuner. Un objectif: limiter son empreinte sans accroître ses coûts en permettant à ses clients de vivre une expérience novatrice.

  • Imprimer cette page
  • Protection de la planète – Environnement

Intention initiale

Pourquoi avoir lancé cette action à l’origine ? Quelle était votre intention initiale ? Vos objectifs ?

Gilles Cibert a d'abord été salarié dans un laboratoire pharmaceutique avant de diriger l'Hôtel La Pérouse et c'est dans ses précédentes expériences qu'il a pris conscience des impératifs environnementaux. En 2003, lorsqu'il reprend l'Hôtel, il perçoit la nécessité de repenser le sens de son métier et de tisser une stratégie où la responsabilité tient une place centrale. 

Mise en œuvre

Comment vous y êtes vous pris pour mettre en œuvre cette action ? Quelles étapes ?

Nous avons commencé par obtenir l’Ecolabel Européen ce qui a eu pour avantage de nous donner un cahier des charges qui nous a permis de progresser sur tous les aspects environnementaux (énergie, déchets, eau, produits d’entretien, pratiques managériales et information clients).
Ensuite nous avons eu la chance d’être accompagné par l’ONG Natural Step qui nous prendre conscience que ces démarches n’étaient pas un complément de notre métier mais bien au cœur même de la stratégie de l’entreprise. Cela nous a permis de réconcilier la démarche DD avec le cœur de notre métier.
Nous avons également fait un bilan carbone et une thermographie infra-rouge pour mieux comprendre où étaient réellement nos impacts environnementaux. 

Nous avons réalisé alors qu’un hôtel n’était pas autre chose qu’une énorme machine à laver le linge (48 tonnes de linge lavées par an !) et qu’il y
avait d’importantes marges de progrès à condition de se rapprocher de son blanchisseur et d’établir des relations partenariales.

Moyens

Sur quoi vous êtes vous appuyés ? Quels moyens ont été nécessaires (ressources, aide d’un autre acteur, indicateurs, territorial, référentiel, autre)

Il a décidé de solliciter et de s'appuyer sur ses prestataires pour qu'ils lui proposent des solutions innovantes en respectant trois contraintes:

  • Diminution de l'impact environnemental
  • Des solutions viables économiquement
  • Une perspective de progrès: ne surtout pas revenir à l'âge de pierre!

Résultats

Et finalement, qu’est-ce que ça a apporté à l’entreprise ? Quels résultats avez-vous obtenus (économiques ou autres) ?

Notre consommation d'énergie a baissé de 7% et notre consommation d'eau de 12%. Les progrès les plus spectaculaires sont sur les déchets plus que divisés par deux en travaillant sur la suppression de toutes portions individuelles ce qui nous a fait faire des économies (les emballages coûtent très chers) et des gains de place dans les lieux de stockage.

Coté linge, le blanchisseur avec lequel nous avons réfléchi nous a proposé deux options: réduire la taille des serviettes ou diminuer le grammage de celles-ci. Après une enquête auprès des clients, il est apparu qu'ils étaient peu favorables à la première option mais qu'effectivement les serviettes étaient beaucoup trop épaisses: le dirigeant a donc réduit le grammage. Pour les draps, c'est la percale de coton qui a été privilégiée : plus léger en termes de tissage (115 au lieu de 140 grammes/m²).

Facteurs clés de succès / Ecueils à éviter

Aujourd’hui, si quelqu’un veut appliquer cette pratique dans son entreprise, que lui conseilleriez-vous ? A faire ou à éviter …

Le dirigeant compare son entreprise à un mobile: il est équilibré grâce à l'ensemble de ses relations partenariales. Il est indispensable de prendre en compte l'ensemble de ses parties prenantes pour assurer le maintien de cet équilibre. Sur la question des cycles de vie, le dirigeant s'est appuyé entre autres sur l'expertise de l'ADEME et du cabinet EVEA. 

Enfin jouer collectif : l’hôtel a suscité un certain nombre d’actions collectives comme faire de Nantes la ville ayant le plus de chambres d’hôtels avec démarches environnementales de France, où encore le Passeport Vert avec la CCI et le Conseil Général de Loire-Atlantique et dernièrement le mouvement FairBooking destiné à rééquilibrer les relations entre les hôteliers et les grandes centrales de réservation en ligne.

• En savoir + sur l'entreprise :

• Contact :

CIBERT Gilles

email : information@hotel-laperouse.fr
T : 02 40 89 75 00

Faire un commentaire :